Current Gaming, Current-Gen, Tests

[Test] Yakuza 4 / Ryu Ga Gotoku 4

Passée la traditionnelle année séparant la versions japonaise et occidentale du soft , nous avons pu récemment accueillir le 4Úme épisode de Yakuza , licence phare des écuries Sega demeurant jusqu'à preuve du contraire exclusive aux consoles de Sony.

Yakuza 4 qui visiblement ne porte pas le 4 pour rien aura la particularité de réunir autant de protagonistes , dont notre nounou improvisée , au coeur d'une conspiration menaçant une nouvelle fois le clan Tojo.

Bien dĂ©cidĂ© Ă  dĂ©jouer les desseins de cette menace qui rode  , Kazuma KiryĂ» devra une nouvelle fois troquer son tablier contre son costume de yakuza afin de rejoindre ses frĂšres d'armes au cours de ce qui semble ĂȘtre l'Ă©pilogue de la sĂ©rie si l'on considĂšre Ryu Ga Gotoku of The End comme un spine-off.

De ce fait , je pense qu'une seule et unique phrase s'impose : Kamurocho nous revoilĂ  !

Parmi ces 3 associĂ©s improvisĂ©s , on aura le plaisir de dĂ©couvrir Shun Akiyama un prĂȘteur sur gages hors du commun Ă  qui la vie Ă  sourit de façon impromptue , Taiga Saejima un yakuza traditionnel et dĂ©vouĂ© qui traine un lourd passĂ© et enfin Masayoshi Tanimura un flic en quĂȘte de rĂ©ponses suite Ă  un tragique Ă©vĂ©nement survenu lors de son enfance.

Chacun d'entre eux bénéficiera d'un scénario dédié qui sera vite bouleversé par une femme mystérieuse leur octroyant une destinée commune au Dojima no Ryu (aka Kazuma Kiryû) , le noyau de cette dream team.

Vous l'aurez compris c'est un scénario remarquablement bien ficelé et trop riches en rebondissements qui vous attendent en plus d'une aventure par procuration au coeur de Kabukicho , le modÚle qui a servi à la réalisation de Kamurocho.

A ce niveau lĂ  je ne pourrai que saluer le travail de l'Ă©quipe de dĂ©veloppement pour la retranscription fidĂ©le du quartier puisque j'y ai reconnu une fois de plus l'ambiance typique qui l'alimente quotidiennement mais Ă©galement une plĂ©thore de lieux , restaurants et boutiques oĂč j'ai pu mettre les pieds lors de mes sauts au Japon.

A titre d'exemple vous y reconnaitrez sans aucun mal l'enseigne Donki illustrée dans cet article ainsi que son jingle...

 

Si le gameplay reste globalement inchangé il n'en demeure pas moins renouvelé par de nouveaux éléments dont nous avons été injustement privé jusqu'à maintenant , à commencer par le systÚme de gestions d'hÎtesses qui sollicitera en premier lieu vos aptitudes à satisfaire les exigences de vos clients.

Comme d'accoutumé , la diversité des mini-jeux réponds présent avec la possibilité de mettre quelques yens dans les Blast City et Ufo Catcher du Club Sega , de faire des swings sur le terrain de golf , des strikes sur les pistes de bowling , de se rendre au Volcano pour y flamber son fric dans les pachinkos et machines à sous ,  j'en passe et des meilleurs...

Et pour en revenir au systÚme d'hÎtesses , sachez qu'il sera possible d'obtenir un rencard avec l'une d'entre-elles pour s'adonner par la suite à des parties de ping-pong (sans sous-entendu :mrgreen: ) , à des séances de karaoké mais également de pouvoir gouter au plaisir de l'onsen à deux , et plus si affinités...

L'intĂ©rĂȘt des phases de combats se voit considĂ©rablement relancĂ© par les styles martiales spĂ©cifiques Ă  chaque personnages , un arsenal beaucoup plus complet laissant dans certains cas place Ă  des armes pour le moins fantaisistes , ainsi que la prĂ©sence de QTE portant le dynamisme des rixes Ă  leur apogĂ©e.

Les panels de heats actions dĂ©jĂ  consĂ©quents pourront de nouveaux ĂȘtre Ă©tendus avec le retour du systĂšme de rĂ©vĂ©lations consistant Ă  s'inspirer de scĂšnes pour dĂ©velopper de nouveaux mouvements.

Mis à part ces détails Sega conserve la formule qui marche , ce qui n'est pas pour déplaire.

 

On notera l'impossibilité de parcourir le centre-ville d'Okinawa , un aspect qui contrairement à la gestion de l'orphelinat manquera à plus d'un mais rassurez-vous cette liberté d'exploration sera toujours de la partie avec la possibilité d'accéder aux toits d'immeubles , de visiter les égouts et les tunnels du métro permettant ainsi une visite plus en profondeur de Kamurocho.

Considérant le temps qu'il nous a fallu pour le voir débarquer en Europe , il ne faut pas s'attendre à ce que Yakuza 4 rivalise sur le plan technique avec les derniers jeux en date , pourtant le contraste n'est pas aussi flagrant qu'il ne l'était sur Yakuza 3.

En le comparant avec ce dernier , on se rend compte que l'anti-aliasing et les scintillements agressent beaucoup moins l'oeil.

La modélisation des personnages et des décors ne sont pas en reste mais le plus frappant sera l'ambiance qui alimente le quartier tokyoïte revu ici à la hausse et plus particuliÚrement au niveau de la richesse des détails.

Hélas le soft n'est pas exempt de quelques bugs de collisions et en s'attardant un peu sur les modÚles des piétons on y distingue pas mal de clones qui briseront quelque part le mythe d'une l'immersion à 100 % aboutie.

Pour l'édition collector de ce 4Úme épisode , je dois dire qu'une soundtrack du jeu aurait pour une fois été la bienvenue.

En effet , à l'instar des bruitages , la bande-son est tout simplement excellente et "punchy" à souhait ,  il ne fait aucun doute qu'elle fera l'unanimité malgré l'aspect boy's band que peut avoir le thÚme d'ouverture.

 

Les voix japonaises sont bien entendu toujours conservés pour la crédibilité et surtout l'identité de la série.

En parallĂšle et malgrĂ© le charme qu'elles peuvent prĂ©senter , les voix digitalisĂ©es constituent un vĂ©ritable dĂ©faut dans le cas oĂč elles sont intĂ©grĂ©es entre deux cinĂ©matiques ou cut-scenes de hautes volĂ©es , cassant inĂ©vitablement leur rythme.

Comptez pas moins de 40h si vous aspirez Ă  finir le jeu en ligne droite , un choix que je ne ferai que dĂ©conseiller compte tenu des nombreuses substories , minis-jeux et autres quĂȘte alternatives qui prolongent de façon trĂšs intĂ©ressante la durĂ©e de vie du jeu.

Et pour peu que vous soyez chasseur de trophées dans l'ùme vous aurez de quoi vous occuper pendant de longues journées !

Je sais que je radote mais on ne le dira jamais assez : la licence Yakuza s'impose belle et bien comme l'héritier du regretté Shenmue mais également comme un concurrent direct de la licence GTA avec qui il partage beaucoup d'atomes crochues.

Bien que les scĂ©narios Ă  base de conspirations soient monnaies courantes dans cet univers , je tirerai mon chapeau aux dĂ©veloppeurs qui nous ont pondu une histoire passionnante agrĂ©mentĂ©e d'un gameplay aux petits oignons , et mĂȘme si je ne le mentionnerai que rarement je dois dire que la fin de cet Ă©pisode est tout simplement exceptionnelle !

Yakuza 4 n'excÚde pas sur le plan technique et devant les 1 an qui le sépare de sa sortie au Japon je n'en tiendrai pas compte , malheureusement on regrettera toujours le peu de considération à notre égard lorsque l'on constate l'absence de sous-titres français qui privera honteusement les anglophobes d'un plaisir de jeu indéniable.


S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Commentaires
Le plus populaire
Le plus récent Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
23 avril 2011 11 h 19 min

Faudrait vraiment que je m’adapte au Gameplay (que je trouve un peu trop rigide surtout dans les combats) car c’est clair que la sĂ©rie des Ryu Ga semble vraiment intĂ©ressante. Merci pour ton test.

23 avril 2011 13 h 55 min

Le genre de test qui me fait regretter de ne pas avoir de PS3… Merci !

23 avril 2011 16 h 42 min

Ton billet transpire l’amour que tu portes Ă  cette licence et Ă  ce 4Ăšme Ă©pisode. Pour ma part, je n’ai pas encore fini la version PAL du 3Ăšme Ă©pisode (et pourtant j’ai achetĂ© le 4). 😉

Par contre je suis d’accord avec toi quand tu compares Yakuza avec Shenmue, mais je sursaute quand tu oses la comparaison avec GTA dans lequel le gameplay du perso principal n’est pas aussi rigide et oĂč les environnements ne sont pas de longs couloirs dissimulĂ©s par une profusion de dĂ©tails dans les dĂ©cors. GTA ne connait pas le syndrome « je ne peux pas sauter par dessus une barriĂšre de 30cm de haut » et sa profondeur de jeu reste inĂ©galĂ©e. 😉

Mais ça ne m’empĂȘche pas d’apprĂ©cier la licence maffieuse de SEGA. 😀

23 avril 2011 21 h 09 min

@ Bababaloo : c’est un comble de savoir que tu n’y joues toujours pas , toi l’amoureux l’amoureux de l’import :p

@ Tibo : Oups 😀

@ Neocalimero : Attention quand mĂȘme , j’ai bien dit qu’il partageait des « atome crochues » avec GTA ^^ , y’a une sacrĂ©e nuance 😀 .

Je l’ai dĂ©fini comme un concurrent de ce dernier certes mais hormis Red Dead Redemption , Mafia et quelques autres softs , il n’y a pas beaucoup de softs qui peuvent prĂ©tendre ĂȘtre du mĂȘme genre.

MĂȘme si je n’apprĂ©cie pas , voir dĂ©teste la licence GTA pour des questions de goĂ»ts ca ne m’empĂȘche pas de reconnaitre qu’il surpasse Ryu Ga Gotoku et qu’il est bourrĂ© de qualitĂ©s (mon coloc a largement eu le temps de m’emmerder pour que je connaisse le jeu en long et en large :mrgreen: ).

Maintenant quand tu dis que mon billet « transpire l’amour » je ne peux pas le nier mais quand je fais un test , je m’efforce de laisser mon cĂŽtĂ© fanboy Ă  la porte pour rester le plus objectif possible , de ce fait la note attribuĂ©e rĂ©sulte de l’intĂ©rĂȘt rĂ©el que m’a procurĂ© l’achat du Yakuza 4.

Fallait que je le prĂ©cise car je ne veux pas qu’on me range dans la catĂ©gorie des gens qui testent Ă  outrance des jeux qu’ils idolĂątrent pour conclure mĂ©caniquement sur une note surĂ©aliste , surtout que contrairement Ă  une poignĂ©e d’entre eux (je ne vise personne en particulier) je ne fais pas ça pour sĂ©duire les Ă©diteurs , mĂȘme si je dirai pas non Ă  quelques press kits 😛 .

24 avril 2011 9 h 08 min

Je l’ai toujours pas achetĂ© mais quand je vois la vitesse Ă  laquelle les Ă©pisodes prĂ©cĂ©dents se sont retrouvĂ© bradĂ©s, je me suis jurĂ© d’attendre qu’il baisse avant de le prendre. Encore 10euros de moins sur zavvi et je le prendrais 8)

Sinon d’aprĂšs ce que je viens de lire ici cet Ă©pisode semble ĂȘtre un bon cru car je dois dire qu’aprĂšs le 3 la sĂ©rie m’a laissĂ©e un gout amer. Autant le 1 et le 2 m’ont passionnĂ©, autant je me suis fais royalement chier dans le troisiĂšme opus (la faute aux nombreux allĂ©-retours Ă  l’orphelinat, souvent sans intĂ©rĂȘts…).

24 avril 2011 12 h 19 min

Un des rare jeux qui me ferait acheter une ps3 ça! L’univers a l’air vmt complet et plaisant Ă  jouer, de plus ton test ne fais que agrandir l’envie ^^

24 avril 2011 12 h 24 min

SacrĂ© Sp!nz… ne te justifie pas l’ami, j’avais bien compris depuis le dĂ©but. 😉

24 avril 2011 15 h 33 min

@ Dentifritz : Y’avait une enseigne Ă©trangĂšre qui allait jusqu’Ă  offrir Yakuza 3 si t’achetais l’Ă©dition collector (je crois que j’avais partagĂ© le lien sur Twitter)

Sinon je suis d’accord la gestion de l’orphelinat Ă©tait vraiment culcul (et le mot est faible) , c’est vraiment tant mieux de voir qu’elle est remplacĂ©e par celle des hĂŽtesses dans cet Ă©pisode

@ DarkScuderia : on a plus qu’Ă  voir comment SEGA va gĂ©rer la transition entre le taudis paradisiaque de Kamurocho et l’univers apocalyptique de Ryu Ga Gotoku of The End :mrgreen:

@ Neocalimero : sait-on jamais 😆

Nounours
24 avril 2011 22 h 39 min

Ma ps3 est quasiment morte a telle point que j’y joue max 1 h par semaine … Et Maintenant tu me pond un test qui me mets dans l’idĂ©e de choppĂ© une nouvelle ps3 ? JE T’AIME SPINZ Mais tu fais du mal au porte feuille quand je te lis ^^

25 avril 2011 6 h 24 min

Faut aller voir du coté de SEGA pour les plaintes :mrgreen:

Nounours
25 avril 2011 12 h 42 min

:mrgreen: